Le rubis traité au verre au plomb (glass filed)

8 janvier 2013

 

Il existe déjà sur le Web de nombreux articles sur ce type de matériau. Les publications dans les revues gemmologiques vont bon train également. Mais il est vrai que la grande quantité de rubis traités au verre au plomb rencontrée sur le marché nous a incité à contribuer modestement à ces mises en alertes successives.

 

Lors de l'exploitation minière, l'extraction offre de nombreux rubis pierreux ne pouvant atteindre la qualité gemme. Ces rubis se présentent plein de fissures et ils sont essentiellement opaques. On offre pourtant à ces matériaux non désirés dans le commerce de la joaillerie une nouvelle vie depuis un certain nombre d'années. Ils seront taillés et n'auront pas manqué de subir un traitement d'enjolivement non stable dans le temps. Il s'agit des fameux rubis "glass filed", c'est à dire des rubis traités au verre au plomb. Lors du congrès de la CIBJO tenu à Tel Aviv en 2013 il a même été question de "heavily glass filled rubies", c'est à dire de "rubis fortement traité au verre au plomb". La dénomination du Laboratory Manual Harmonization Committee (LMHC) pour le terme plus approprié de "produit ou matériau manufacturé/composite" a été approuvée.

Et ce terme désormais attribué se devra également d'être systématiquement divulgué au consommateur (comme pour le cas des saphirs ainsi traités). Reste à souligner que cette dénomination "fortement" (lourdement) ne fait pas de distinction sur les quantités de verre au plomb injectées dans le rubis. Meilleur prix du rubis fortement imprégné de verre au plomb trouvé au carat : : 0,99 $ le carat en Thaïlande (fin 2012).

Le traitement dont il est question, consiste, pour commercialiser coûte que coûte ces rubis, à injecter du verre au plomb depuis les nombreuses fissures de surface. Le verre au plomb a deux avantages : il fond vite et le plomb augmente l'éclat du verre "incorporé" pour mieux le faire disparaître dans la masse. Mais le plomb, très malléable par nature, rend le verre plus tendre et il en résulte une différence de dureté sur les sites d'entrées potentiels (fissures) dans le rubis avec parfois une différence d'éclat plus ou moins marquée.

De plus, la lumière qui traverse ce matériau de remplissage, n'atteint pas la même vitesse que lorsqu'elle traverse du corindon. Déjà, avec une loupe de grossissement 10x et en tournant la pierre sous un bon éclairage, des flashs lumineux violets (et parfois orangés) se produisent dans la pierre. De même, on trouve très souvent de nombreuses bulles d'air qui ont été emprisonnées au moment de l'injection du verre au plomb dans le rubis. Une fois que le matériau a refroidi, les bulles y restent et sont souvent très visibles juste avec une loupe 10x.

Du fait de la température de fusion du verre au plomb, le travail d'un artisan sur ce type de matériau peut vite tourner à la catastrophe si la détection du traitement n'a pas été faite en amont. En effet, le verre au plomb n'aura pas la même température de fusion que celle du rubis. Le matériau de remplissage pourrait bien ainsi s'extraire (liquéfaction) de la pierre lors d'un simple travail de routine (mise à taille d'une bague par exemple)… La température de fusion du plomb étant très basse (320°C).

Les images ci-dessous traduiront mieux ces observations.

 Photo 1

Photo © Gem' Expertise

On distingue en surface de nombreuses fissures comblées par le verre au plomb : au polissage, le verre au plomb, plus tendre que le rubis subit plus de pression, ce qui se traduit icipar des figures de dépression en surface. Parfois on observe même les stries de polissage dans ces zones qui parcourent la Pierre.La surface irrégulière visible sur cette photo traduit implicitement des differences de dureté et donc que l'on a affaire à différents matériaux (ici du corindon (rubis) et du verre au plomb).

 Photo 2


 

Photo © Gem' Expertise

 

Toujours en surface, cette image montre les nombreuses fissures et la surface irrégulière qui doit dans ce cas, appeler à la plus grande prudence. On devrait normalement s'attendre à une surface polie parfaitement plane. Ces fissures sont "exploitées" afin de permettre le passage du liquide de remplissage (verre au plomb) jusqu'à leur plus grande profondeur. En se refroidissant, le verre au plomb comble les fissures et les fait finalement disparaître.

Photo 3 :

Photo © Gem' Expertise

La pierre présente des lignes visibles perpendiculairement aux flèches bleues. Ces lignes illustrent ce que l'on nomme des plans de mâcles (directions de croissance alternée dus à des stress par exemple lors de la genèse du cristal). Ces zones plus fragiles sont envahies par le verre au plomb et on le détecte sur l'illustration par la couleur violet-bleu irrégulièrement répartie, n'ayant pas lieu d'être ainsi.

 Photo 4 :

Photo © Gem' Expertise

Observation d'une grosse bulle d'air dont l'épaisseur du contour trahit sa nature différente à celle du cristal hôte. La vitesse de circulation de la lumière est différente dans la bulle par rapport à celle du rubis.

Parfois, les bulles d'air ne sont pas parfaitement sphériques, elles peuvent être étirées et prendre des formes plus complexes et trompeuses.

 

Photo 5 :

 

Photo © Gem' Expertise

Mise en évidence de la couleur bleu-violet qui se produit par flashs, lors de la rotation de la pierre sous un bon éclairage. Ici,  fort grossissement avec prise de la photo sous un polariscope en filtres croisés pour bien les souligner.

 

Photo 6 :

Photo © Gem' Expertise

En lumière artificielle (tungstène), les flashs de couleur orange peuvent mieux se distinguer. Néanmoins, avec un double éclairage, lumière naturelle et artificielle, on peut distinguer les 2 couleurs de flashs attendues dans ces matériaux traités.

Dernière modification : 25 août 2016

 

Souscrire à la Newsletter